Les parasites et prédateurs du corail

  • Les planaires

  • Les mollusques

  • Les Annélides polychètes

  • Les crustacés

  • Les étoiles de mer

  • Les poissons corallivores

1. Les planaires

  • Identification

   Elles appartiennent à l’embranchement des Plathelminthes et à la Classe des Turbellaria.

   On distingue une quinzaine d’espèces différentes qui peuvent être parasites, commensaux, déprédateurs opportunistes, prédateurs ou encore détritivores.

   Elles mesurent 5 à 10 mm et sont aplaties ventrodorsalement ; elles ont le plus souvent une tête arrondie et une queue fourchue.

   Les formes parasites se distinguent des autres par le fait qu’elles sont toujours présentes sur leurs hôtes ; elles sont généralement gris clair à brun et présentent souvent une bande dorsale.

   Elles s’attaquent essentiellement aux coraux mous et aux coraux durs à gros polypes ; elles finissent par recouvrir la totalité de la surface du corail et entraînent sa mort.

   On ne sait pas si la mortalité est dûe à l’action des vers ou à l’ombre qu’ils génèrent.

Convolutriloba retrogemma

 

D'autres planaires s'attaquent à des espèces de coraux durs SPS spécifiques

 

 

Amakusaplana acropole

connu comme AEFW (Acropora Eating Flat Worms),c’est un parasite qui mesure quelques mm et qui vit uniquement dans les Acropora.

 

Traces de "morsures" sur Acropora

  • Traitement
    • Chimique:
De nombreux produits existent dans le commerce et leur efficacité est variable
    • Naturel

Certains poissons sont réputés pour les manger 

Pseudocheilinus hexataenia 

 

 

Halichoeres chrysus

 

Chrysiptera springeri   

                       

Halichoeres melanurus

 

2. Les mollusques

  • Identification

   Cet embranchement comprend de nombreuses espèces parasites et prédatrices. Ce sont essentiellement des escargots, des ovules (gastéropodes qui ressemblent à des porcelaines) et des limaces (nudibranches).

Escargots consommateurs de polypes :
Heliacus aerola (Attention: ressemble beaucoup aux Trochus)

 

Philipia sp.

 

Architectonica sp.

 

 

Jenneria sp.

 

Drupa sp.

 

Drupella cornus (« murex »).

 

Rapa rapa

 

Coralliophila sp.

 

Leptoconchus sp.

 

Magilopsis sp.

 

Magilus sp.

 

Epitonium sp. (il est de couleur rouge orange et se nourrit exclusivement de Tubastraea sp.)

 

Les ovules (fausses porcelaines)

Ils s’attaquent essentiellement aux coraux mous et aux gorgones.

Les principaux parasites présents dans cette famille sont :

 

Cyphoma gibbosum (« langue de flamant »)

 

Volva brevirostris

 

Prionovolva sp.

 

Simnia loebbeckeana

 

Ovula ovum

 

Diminovula sp.

 

Les nudibranches

Ils appartiennent tous à la sous-classe des Opistobranchia et à l’ordre des Nudibranchia.

La plupart d’entre eux ont un régime alimentaire spécialisé et s’attaquent à un type de coraux définis, avec lesquelles ils présentent un mimétisme prononcé.

 

Phylliodesmum sp. (ils s’attaquent essentiellement aux coraux mous.)

 

Phestilla melanobrachia (il se nourrit des colonies de Tubastraea sp.)

 

Dendronotus sp.

 

Cuthona poritophages (il s’attaque aux colonies de Porites sp.)

 

Tritonopsilla sp. . (ils se nourrissent de coraux mous)

 

Tritonia sp. (ils se nourrissent de coraux mous)

 

Marionopsis sp. (ils se nourrissent de coraux mous) 

 

3. les Annélides polychètes

   Ils sont représentés par des espèces vermiformes dont le corps est segmenté.

   Leur taille va de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Ils possèdent des soies plus ou moins nombreuses et de taille variable.

   On distingue des formes errantes et des formes sédentaires ; seules les formes errantes présentent des espèces parasites.

   Celles ci possèdent une trompe dévaginable pourvue de puissantes mâchoires chitineuses.

   Leur action parasite s’exerce par taraudage, par ingestion de polypes ou encore par perforation des coraux.

   Le plus connu des aquariophiles est le ver de feu, Hermodice carunculata ; il s’agit d’un prédateur qui s’attaque aux coraux durs et mous, mais aussi, aux anémones et aux gorgones.

 

4. Les crustacés

   Les principales espèces nuisibles sont représentées par des crevettes.

   Elles présentent un régime corallivore et exercent une action prédatrice sur les coraux.

   Elles appartiennent à l’ordre des Décapodes.

   Les plus connues sont :

 

Saron marmotus (crevette « marbrée »)

 

 

Saron inermis

 

Rhynchocinetes uritai (crevette « bossue »)

 

5. Les étoiles de mer

Certaines présentent un régime corallivore et exercent une action prédatrice sur les coraux.

 

Acanthaster planci (« coussin de belle mère »)

   Il s’agit d’une étoile de mer épineuse. Elle mesure 20 à 50 cm de diamètre et possède 11 à 12 bras en général. Son poids varie entre 200 grammes et 3 kilos.

   Elle présente un régime corallivore, chaque individu est capable de consommer 5 à 6 m 2 de corail par an (Conand et Charpy, 2002) ; ainsi une agrégation de ces étoiles est capable de détruire plusieurs km2 par an de coraux.

   Depuis ces 20 dernières années, on assiste à une pullulation de l’espèce (= agrégation de plusieurs milliers d’individus qui persistent pendant plusieurs mois, voire des années, au niveau d’une zone délimitée) et à une extension géographique de sa répartition.

 

6. Les poissons corallivores

   Les espèces qui s’attaquent aux coraux sont assez nombreuses.

   Elles peuvent consommer, de façon directe, les polypes ou bien endommager les colonies en se nourrissant de microorganismes se réfugiant dans les coraux.

   A titre d’exemple, on peut citer :

  • les chaetodontinés (poissons papillons)

  • les balistidés

  • les monacanthidés (poissons limes)

  • les ostracionidés (poissons coffres)

  • les canthigastéridés. 

 

   Les parasites et prédateurs des coraux sont très nombreux, ils sont de nature diverse et appartiennent à différents groupes. Les plus fréquents sont des plathelminthes, des mollusques, des vers, des échinodermes, des crustacés et les poissons corallivores.

   Ils présentent des régimes alimentaires différents et plus ou moins spécifiques en fonction des espèces ; ils sont responsables d’une bonne partie de la destruction des récifs et participent au remodelage des fonds marins.

Infos

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Nos coups de coeur !